janvier 13, 2009

FABLE 2

Chose promise, chose due voici donc en exclusivité mondiale notre avis sur Fable 2.
La dernière production de Peter Molyneux était attendue au tournant par biens des joueurs. Entre l’envie de revivre les sensations de fable1 et la crainte de constater que Molyneux nous avait encore bien eu à grand coup d’annonces ubuesques, les avis étaient partagés. Finalement, le constat est assez positif, même si nous allons le voir, Peter à quand même copieusement exagéré sa communication sur le jeu.
Point par point, en rang par deux, allons-y :

Scénario et ambiance

Si on ne s’attendait pas à un scénario époustouflant, l’ambiance s’annonçait, rien qu’au vu des images, excellentes. Pas de surprise de ce côté, le scénario est effectivement assez commun, bien que plutôt bien narré. L’ambiance est quand à elle, très réussie, l’immersion est garantie. Que ce soit sur le plan technique ou graphique, le jeu délivre une ambiance très spéciale pour un univers qui l’est tout autant. Mélange de fantastique et d’Angleterre du 19èm siècle, l’univers impressionne par sa cohérence. Entre le crieur public, les marchands des étales et la population qui s’indigne ou vous adule, nos oreilles sont toujours sollicitées. Les doublages français sont d’ailleurs tout à fait corrects, et pour ceux qui tiendrait à la VO, elle est dispo gratuitement sur le live. L’ambiance sonore en dehors des villes est elle aussi assez travaillée, avec des sons parfois assez étrange, mais qui collent bien à l’univers du jeu. Mais au de la de la partie sonore, le travail artistique graphique laisse vraiment pantois. Créer autant de ressources graphiques avec autant de cohérence et de style n’est pas un exercice aisé. Les points plus techniques sur lesquels nous reviendront bien sur plus en détail aident aussi à l’immersion du joueur. Les différentes saisons et le cycle jour nuit permettent en effet de renouveler le plaisir de se balader dans l’Albion. Certains personnages sont assez charismatiques, d’autres sont répugnant (les espèces de truies prostituées en costume SM dans les ruelles sombre de Bloodstone par exemple). Chaque ville à un cachet qui lui est propre. Entre la champêtre oakfield et la citadine Bowerstone, vous aurez de quoi visiter. En résumé, l’immersion est au rendez vous, malgré un scénario qui ne vole pas spécialement haut. Après, ce n’est pas Gears of war non plus hein.

Gameplay

Amateur d’exploration et fouineurs de petits détails, ce jeu est fait pour vous ! Albion est plus grande, plus libre et plus riche en objets et quête que jamais. Attention, il ne s’agit pas ici d’un oblivion, vous ne passerez probablement pas 300 heures sur fable2. Mais le jeu propose des décors plus variés, mieux maitrisés, plus riche graphiquement, et qui fourmillent de choses à faire.
Au niveau des combats, fale2 peut facilement se targuer d’être bien différent de ce qu’on voit habituellement. En résumé, trois boutons et un stick sont utiles. Chaque bouton correspond à un skill : adresse (arc, fusil, pistolet etc), force (hache, lame, masse…) et volonté (Sorts divers). L’attaque dépendra de la position du stick, mais aussi de la façon dont le bouton à été pressé. Pour les sorts, plus le bouton n’est maintenu longtemps, plus le sort est puissant.
Au final, on prend un réel plaisir à taper dans le tas ou expulser une dizaine d’ennemis, les gerbes d’orbes d’expérience colorées font un peu feu d’artifice, et pis, c’est toujours sympa d’avoir une matérialisation physique de quelque chose de fictif, d’intouchable, d’invisible, lui-même intégré dans un monde virtuel. Non ?
Les quêtes secondaires vont du vaguement intéressant au franchement cool. Passer à côté serait se priver du meilleur du jeu selon moi. Il y a des cavernes à découvrir, des repères, des coffres à ouvrir, des clef à trouver, des gargouilles à péter, des esclaves à vendre, des habitants à martiriser ou aider, des gardes qui ont besoin de vous, des gens croisé par hasard qui ont des requêtes… bref, y’a toujours quelque chose à faire.
Un point fort mis en avant avec fable est la malléabilité de son univers. L’influence du joueur sur ce dernier était annoncée comme capitale. Au final, oui et non, il est aisé de voir ce qui change si on est méchant ou gentil, mais ce n’est pas encore poussé assez loin selon moi. Les changements les plus frappants sont scriptés, les autres sont plus réalistes, comme l’avis des gens sur vous. Après, j’ai il y a peu découvert chez des gens des changements importants que je ne connaissais pas, il y en à donc assez bien. Des quartiers entiers peuvent ainsi être métamorphosé selon ce que vous faites ou avez fait. Certains changements peuvent modifier complètement les quêtes disponibles, l’environnement et la population.
Bref, le gameplay est assez novateur dans l’ensemble, tout comme l’expérience de jeu, ce n’est pas encore ce qu’on nous avait promis, mais ça s’en rapproche, et c’est dans l’absolu, fort bien.

Technique

Fable2 utilise un moteur maison de Lionhead, qui présente plusieurs particularités. On retrouve la gestion du cycle jour/nuit avec des ombres entièrement dynamiques, mais aussi, un HDR largement sublimé par l’effet incontournable de fable 2 : sa lumière volumétrique exubérante. Effet encore peu rependu sur next gen la lumière volumétrique est pourtant un effet du plus bel effet (oui ça va, on ne peut pas en même temps écrire sur fable2 et faire des vannes drôles). Dans fable, elle est très visible, volontairement exagérée, au final, on à une stylisation assez sympa du jeu.
Sur la technique pure, le jeu ne compte pas un nombre exceptionnel de polygones et les textures sont assez banales. Le jeu souffre de quelques carences techniques rarement pénalisantes : chargement des textures (assez, mais visible), fluidité en légère baisse dans les combats intenses, image pas toujours très propre ou encore quelques bugs graphiques. On déplorera aussi le rendu assez pitoyable de l’eau. Au niveau de l’animation, ce n’est pas transcendant, mais ce n’est pas du Bethesda non plus. Enfin, le jeu à des chargements, pas très long (15 secondes environ) mais des chargements quand même. Merci le DVD.
Techniquement satisfaisant, avec des effets sympas, on pouvait néanmoins en attendre plus. Cela dit, fable 2 doit gérer des zones très larges, avec une profondeur de champs tout à fait comparable à oblivion, globalement, c’est donc assez bien.

Au final

Cet avis ne vous semble pas positif ? Vous avez tort ! Je recommande chaleureusement fable 2 à tous les amateurs du genre. Fable 2 est une expérience unique en son genre, avec un univers très riche, un fond très correct et un gameplay novateur. Si vous aimez vous balader et vous endormir en pensant à des paysages qu’on ne voit nulle part ailleurs, fable2 est fait pour vous. Les amateurs de jeu d’actions apprécieront probablement aussi. Fable 2 est pour moi LE jeu qu’il faut avoir en 2008 sur xbox 360, et si certains on aimés moins que moi, impossible de nier les nombreuses qualité du soft.

Publicités

COD5 multiplayer – On vous dit tout

octobre 19, 2008

la logique de treyarch est un peu étrange, limiter la bêta à une seule console et affirmer que c’est pour toucher le public le plus large possible… mais peu importe, si megalo n’a pas pu prendre son pied sur la bêta, heureusement, il y a sur ce blog des gens sains qui ont une 360 et donc, KUBFC à pu chopper une clef pour la bêta de COD5. Si vous n’étiez pas parmis les nombreux chanceux (des dizaines de milliers à vrai dire…) à en avoir une, voici à quoi vous attendre, et ce que nous en avons pensé!

Nous allons donc passer au crible le multijoueur de COD5, et donner nos impressions sur la petite partie de jeu que propose la bêta.

Les modes

Par rapport à COD4, il y en à plus. Premièrement, ils sont classé dans deux catégorie mère : Core et hardcore. Des noms qui veulent tout dire.
En Core, on retrouvera tout les modes de COD4 (exceptés les harcores bien sur) plus deux nouveaux : War et un traditionnel mais bienvenue CTF.
Deux mots sur war, un mode franchement sympa. Ça ressemble un peu au mode domination, lui aussi présent (pas dans la bêta, mais dans le jeu final). Il y a cinq points à capturer. Chaque équipe commence avec deux points lui appartenant. Reste un point, toujours neutre, que les deux équipes doivent capturer. Si une équipe le capture, elle aura trois points lui appartenant, et l’autre équipe n’en aura plus qu’un ! Leur second devenant neutre dès que l’ancien neutre est contrôlé.
De la sorte, la première équipe qui à tous les points gagne. Dans tout les cas, on ne se bat donc que pour un seul point, tel un roi de la colline. La capture de ce point prends un temps considérable si l’on à aucun bonus. Parce que oui, il y a des bonus qui multiplient par deux ou par trois la vitesse de capture. On les obtient en fraggant, ou par d’autres méthodes que je n’ai pas toujours bien saisies. Lorsqu’on est plusieurs, la vitesse de capture ne change pas. Sauf si vous étiez seul sans bonus, et qu’un allié en x3 vous rejoint, cela ira alors 3x plus vite, mais vous qui êtes sans bonus ne servirez pour ainsi dire à rien. Une capture en 3x est assez rapide, une quinzaine de seconde.

Je ne passe pas en revue les autres modes, que vous connaissez déjà de COD4, sachez juste qu’il y aura plus de modes hardcore(tous ceux du 4 subsistent), notamment, CTF hardcore, War Hardcore et free for all hardcore.
Les modes hardcores n’auront pas de véhicules, et bien sur, pas de HUD ni de réticule. Les joueurs auront aussi moins de vie, un radar sur appel seulement etc.

Les maps

Si la bêta n’en propose que 3, le jeu complet en comptera lui 13.
Voci le point sur les trois que nous avons pu jouer.
Round house est la carte la plus simple, trop simple certainement. Il s’agit en fait à peu de chose près d’un cercle entouré d’une enceinte accessible et d’en centre accessible lui aussi. Après, il y a des petits passages, des planques etc. c’est la map qui propose la meilleure ambiance sonore et graphique du bêta à nos yeux. Elle dispose de deux tanks dans le mode War. Au niveau du gameplay, elle reste assez sympa, l’ambiance sonore et graphique rend l’expérience très prenante en recherche et destruction.

Castle est la map la plus complexe de la bêta, elle est assez jolie et interessante à jouer. Les snipers y trouveront leur compte, mais ils ne seront jamais très bien cachés. Cela est notamment du au premier défaut de COD5 face au 4, le mapping reste franchement moins fouillé et moins abouti. Rien de catastrophique non plus, mais nous avons trouvé que ce n’était pas le même niveau. Le moteur du jeu rend la map castle assez brouillon par moment, mais rien de grave la non plus.

Enfin Makin, la plus grande carte, est assez intéressante aussi dans son genre. Il s’agit d’une plage tirée du solo, avec plusieurs chemins, et de nombreuses huttes en bois et tôles. Autant dire que les frag en Xray vision vont pleuvoir… L’ambiance est nocturne, mais on voit assez bien quand même

De manière générale, nous sommes un peu déçus de ne pas voir des maps sensiblement plus grandes que dans COD4, puisque le solo testé au salon du jeu vidéo nous avait laissé comprendre que les espaces de jeu étaient plus vastes.
Comme nous vous le disions, le mapping semble donc un peu moins abouti que ans COD4, mais ça dverait le faire quand même.

Armes, véhicules et Perks

WWII oblige, il n’y à que des vieux bazars. Ceci dit, chacun y trouvera son compte. Les armes sont déclinées en cinq catégories :
Fusils à verrou, fusils, pistolets mitrailleurs, fusil à pompes et mitrailleuses.
Vous remarquez donc qu’il n’y à plus de classe Sniper. Ceux-ci sont toujours présents en fait. Mais vous devez vous construire votre sniper en gros !
En effet, les fusils à verrou (à culasse manuelle si vous voulez) ont dans leurs options de customisation un sniper scope à débloquer. (Sauf pour le Springfield M1903 qui à lui cette option débloquée depuis le début du jeu)
globalement, on retrouve donc 5coups par coups à culasse manuelle/snipers, 5 semis automatiques (coup par coup tout de même), 4 pistolets mitrailleurs, dont évidemment le Thompson, 2 fusils à pompes et 6 mitrailleuses « lourdes ». Le tout épaulé par 5 pistolets en armes secondaires, dont un Walther P38 et les grenades.
Celles-ci sont d’ailleurs déclinées en deux types, comme dans COD4. Dans les primaires, on à donc une frag, une anti-char qui présente la particularité de coller, aux ennemis aussi (façon plasma dans Halo3) et enfin, un cocktail Molotov !
Les grenades secondaires sont elles plus classique, une fusée éclairante en guise de flashbang(ça ébloui sur une distance plus courte, mais plus longtemps), une fumigène qui fait moins de fumée que dans COD4, et enfin, une grenade à gaz tabun. Ou plutôt à base de diméthylaminocyanophosphite d’éthyle pour nos amis les chimistes. (Non en fait on les hait bien sur).
Pour les véhicules, il n’y en à que deux à priori, les tanks, gros, lent et vulnérables aux explosifs, mais puissants, ils remplacent en quelque sorte les tourelles de COD4. Enfin, pour les perks, tout ceux de COD4 sont présent, mais d’autres arrivent aussi, notamment le lance flamme, la protection contre les explosifs ainsi qu’un quatrième perk dédié au véhicules. Dans cette dernière catégorie, on pourra améliorer la vittesse de rotation de la tourelle du tank, diminuer le temsp de recharge du canon principal ou encore augmanter le temps d’utilisation de la tourelle auxiliaire du tank avant surchauffe.
La liste complète des armes et perks se trouve sur Wikipedia, ici pour être précis.
Nous sommes ravis de voir autant de diversité dans les perks et amélioration. On pourra par exemple ajouter une baïonnette à certains fusils, qui réduira nettement le temps d’attaque en mêlée et augmentera la portée de celle-ci. Ou alors, un trépied pour les mitrailleuses lourdes.
Un petits mots sur les défis, à priori, tout ceux de COD4 sont au rendez vous, mais il y en de nouveaux. Il y en à donc plus.

Gameplay

Au niveau du gameplay à proprement parler, et bien, vous ne serez pas dépaysé…Le HUD est le même que dans COD4, le gameplay parfaitement identique, même certaines animations sont partagées…Ceci dit, c’est pour nous une bonne nouvelle !
Vous serez heureux ou malheureux d’apprendre que le camouflage des snipers est carrément moins bon. Il y a aussi moins de planque selon nous.
Les touches et les réglages sont exactement pareil à ceux de COD4 aussi. On notera juste la possibilité de régler le volume de la musique indépendamment de celui des bruitages, un minimum syndical qui n’était pas présent dans COD4. Les possesseur de home cinéma ne pourront pas paramétrer toute la partie sonore de façon précise, dommage. Un petit mot sur les bruitages justement…Ils ne sont pas mauvais, mais je crois pouvoir dire qu’ils sont bien irréalistes. Leur dégradation sonore avec la distance ou nous sommes par rapport à leur source d’émission est elle bien mieux gérée, même si on reste franchement loin de Battlefield BC.

Pour la progression, les niveaux de prestiges sont toujours là, amis il vous faudra cette fois 65 niveaux avant de débloquer le premier prestiges (ainsi que tout le contenu déblocable donc).

Finalement…

On est passé par une phase de déception légère en commencent à jouer, mais c’était pour mieux s’amuser après. Au final, on à toujours envie de rejouer, et on prends bien son pied. Ceci nous laisse très confiant pour la version finale, puisque le bêta ne montrait vraiment qu’une petite partie du contenu du jeu final. Bref on l’attend !

Sortie prévue le 14 novembre sur consoles next gen et PC, en 60FPS et 600p pour les consoles(et oui…).